Services en ligne

Vous êtes ici

Acquérir des masques "barrières" : points de vigilance

Publié le 16/04/2020

PREVENTION
La pandémie de coronavirus liée au COVID-19 a généré une demande nationale en dispositifs de protection respiratoires très importante. Dorénavant, le recours à des masques "artisanaux" ou "barrières" est autorisé par les autorités de santé. Cela permet de faire face à l'urgence, mais avec certaines règles de conception et de tests qui permettent une protection efficace des individus.

Utiliser des masques en grand nombre

Les autorités de santé préparent la perspective du déconfinement ou d’une reprise de l’activité de travail en lien avec la protection des personnes. Cela passera vraisemblablement par le port plus ou moins généralisé des protections faciales (pour empêcher de contaminer ou d’être contaminé), en complément des autres mesures barrières.

Les collectivités seraient dans ce cas particulièrement concernées par le besoin de protection, car l’essentiel des métiers exposent les agents au grand public. Le reste des activités exposant potentiellement les autres agents entre eux. Ainsi, les collectivités locales vont avoir un besoin d’équipements de protection respiratoire massif. Il est à redouter que la production des dispositifs classiques normés (Masques FFP2 selon NF EN 149, Masques Chirurgicaux selon NF EN 14683) ne suffise pas.

Face au besoin de production de protections respiratoires, le ministère de la santé a élaboré un nouveau statut d’équipements de protection faciale pouvant être produit plus facilement et rapidement : le masque « barrière » (ou artisanal). Vous trouverez en lien de téléchargement cette note ministérielle (en bas de page).

 

Cette nouvelle catégorie d’équipements de protection faciale, destinés à un usage non sanitaire, doit permettre une protection suffisante des personnes en fonction de leur contexte :

  • Catégorie 1 : protection individuelle pour les professionnels en contact avec le public
  • Catégorie 2 : protection à visée collective (capacité de filtration moins importante qu’un masque de cat. 1) : ce dispositif fonctionne pour l’ensemble d’un groupe SI TOUT LE MONDE LE PORTE. Destiné à un usage moins exposé au grand public.

 

Pour appuyer la création de ces catégories, le ministère renvoie notamment vers une norme de test élaborée par l’AFNOR (Norme SPEC S76-001 – Masques barrière, du 27 Mars 2020)

Note : nous ne vous proposons pas la norme en téléchargement direct sur notre page, car si l’AFNOR met à jour la norme, notre exemplaire serait alors obsolète.

 

Acquérir des masques de protection en collectivité

Compte tenu de l’offre actuellement sur le marché, l’acheteur public doit être vigilant sur le matériel proposé :

  • Il est crucial d’être attentif aux essais réalisés (précision des normes de tests) sur le matériel et des performances minimales (résultats) que revendiquent les masques que l’on compte acquérir.
  • Au-delà de la filtration, d’autres valeurs sont également à prendre en compte : la respirabilité, la superficie de protection, etc.
  • Point important à connaître également avant de contacter un fournisseur : pour quel usage (activité de travail) recherche-t-il un masque (quel type de masque est recherché) ?


L’ensemble de ces précisions se retrouvent dans la note ministérielle ci-dessous téléchargeable.

Un lien est également proposé en bas de page vers le site du ministère de l'économie qui recence des fabricants de masques barrières testés.

 

En conclusion : Un dispositif qui satisfait aux essais selon la Norme SPEC S76-001 peut être acquis comme masque barrière (Cat 1 ou 2) pour la collectivité. Si la collectivité trouve et acquiert des masques de protection FFP2, cela convient bien évidemment.

Attention : Le fait d’acheter et de porter un équipement qui filtrerait mal serait vraisemblablement pire que de ne rien porter. L’agent qui se croit protégé peut en effet, inconsciemment, prendre « plus de risques » que s’il ne porte rien (diminuer les autres « gestes barrières »). Ce retour d’expérience a déjà été observée en milieu de travail avec d’autres EPI (gants, lunettes, etc.).