Services en ligne

Vous êtes ici

Etude GPEEC

La Gestion Prévisionnelle des Effectifs, Emplois et Compétences (GPEEC) consiste à faire coïncider les ressources humaines aux besoins futurs. L’ambition est de pérenniser le service rendu à la population en assurant la continuité dans le fonctionnement des collectivités.

Cela suppose une anticipation des besoins à venir. L’identification de ces besoins futurs se pose à la fois en termes quantitatifs et qualitatifs. En effet, il est important de quantifier le nombre d’employés et le nombre d’emplois dont les collectivités auront besoin demain pour assurer le service à la population. Il est également déterminant de recenser les compétences nécessaires à l’exercice de leurs missions futures.

Pour répondre à l’objectif ambitieux, la GPEEC repose sur une méthodologie rigoureuse, que l’on peut résumer en quatre étapes principales :

  • L'état des lieux
  • La projection dans l'avenir
  • L'évaluation des écarts entre l'actuel et le futur
  • La réduction des écarts

 

1- L'état des lieux
Il s’agit de fournir des éléments quantitatifs et qualitatifs sur l’existent. Le bilan social, document légal bisannuel, s’insère dans cette démarche. Les fiches métiers, les fiches de postes, la validation des acquis de l’expérience (VAE), la reconnaissance de l’expérience professionnelle (REP), les livrets de compétences sont autant d’outils disponibles pour mieux connaitre les métiers actuels et les compétences indispensables pour les exercer.

2- La projection dans l'avenir
C’est à partir de ce constat que des projections peuvent être faites. Ces projections dans l’avenir passent par de multiples vecteurs : l’information, la veille économique, l’élaboration d’une stratégie à moyen et long terme. La synthèse de ces différents éléments permet d’affiner la projection.

 3- L'évaluation des écarts entre l'actuel et le futur
Lorsque les besoins pressentis sont définis, il reste à mesurer les écarts entre les compétences détenues et les compétences requises. Il s’agit de recenser les compétences à acquérir ou à développer.

4- La réduction des écarts entre les besoins actuels et futurs
Des dispositifs tels que la formation, la mobilité interne, et le recrutement contribuent à réduire ces écarts.
 

Les bénéfices de la GPEEC ne se font ressentir qu’à moyen ou long terme. Dans le meilleur des cas, ils ne sont pas perceptibles : si les besoins sont effectivement bien anticipés, le service rendu à la population perdure simplement dans de bonnes conditions.